Accueil ADN Alien Races Alien Catégorie Animaux Artefacts Civilisations Chemtrails Climat Crâne Cryptologie Curieux Déclin Eau Espace Eureka Education Egalité Enigmes Erotisme Etonnant Fake Futur Géants Hécatombe Humour Inventions Lilliputiens Livres Lune Maledictions Massacres Mars Modes Moutons  Mysteres Nature Nazca Mémoire Nuages-ciel Nuisances Ovni - UFO Phénomènes Planète Pollution Préhistoire Pyramides Pyramide théorie Radiation Roswell Saviez-vous ? Selfies Voitures Cavités Photos


The pages can be read in different linguage, it is to clic first on a link to show it

Fausses dents


   Les plus anciennes fausses dents européennes  

Il faut êtreêtre reconnaissants que vous n’ayez pas eu une fausse dent dans l'ancienne France - la douleur devait être si grande, que le patient devait être mort d’abord.

Les archéologues à La « Chene » dans nord de la France ont découvert la tombe d'une jeune femme celtique qui est morte depuis environ 2300 ans. Dans sa bouche se trouvait une dent en fer dont ils pensent qu’elle a été ajouté après la mort afin d'améliorer son apparence et de lui épargner la douleur de l'avoir martelé dans sa mâchoire. L'implant de fer peut avoir été un ivoire ou un revêtement en bois pour la faire paraître plus naturele et c'est la plus ancienne fausse dent jamais trouveé en Europe occidentale.

Les fausses dents ont été découvertes dans des crânes d'anciens Egyptiens datant d'au moins 5500 années. Les femmes étrusques en Italie portaient de fausses dents en os ou des dents d'animaux et les Celtes ont peut-être appris cette technique des Italiens.

rapporté dans le numéro de Juin d’un journal traitant de l’Antiquité, les archéologues ont exprimé leur surprise avec cette découverte puisque les Celtes ne sont pas connus pour leurs traitements médicaux. C'est évident par le fait que le fer ajouté à la dent a été martelé dans le canal du nerfs et des vaisseaux sanguins pour l’ancrer dans la mâchoire. Si la pauvre femme était en fait vivante quand cela a eu lieu, elle aurait pu mourir de douleur ou d’une infection, selon le rapport.

Le fer n'est pas bio-compatible et en l'absence de conditions stériles aurait provoqué une réponse défavorable de l'hôte.

La femme a été enterré avec toques de bronze, bracelets de cheville, bracelets et broches, mais la seule chose qui restait d'elle était un petit tas d'os broyés, ses vraies dents parfaitement conservées et un grand fer dedans.





http://mysteriousuniverse.org/2014/05/oldest-european-false-tooth-found-no-evidence-of-flossing/

Retourner en haut de la page

Retour vers la page d’accueil

Retour dans le dossier consulté