Accueil ADN Alien Races Alien Catégorie Animaux Artefacts Civilisations Chemtrails Climat Crâne Cryptologie Curieux Déclin Eau Espace Eureka Education Egalité Enigmes Erotisme Etonnant Fake Futur Géants Hécatombe Humour Inventions Lilliputiens Livres Lune Maledictions Massacres Mars Modes Moutons  Mysteres Nature Nazca Mémoire Nuages-ciel Nuisances Ovni - UFO Phénomènes Planète Pollution Préhistoire Pyramides Pyramide théorie Radiation Roswell Saviez-vous ? Selfies Voitures Cavités Photos


The pages can be read in different linguage, it is to clic first on a link to show it

Rouleaux de bois


Une nouvelle théorie sur la façon de déplacer de très gros blocs de pierre

La Grande Pyramide de Gizeh en Égypte est la seule des sept merveilles du monde à être encore, en grande partie, intact. Vieille de près de 4000 ans, (15.000 d'après d’autres ) c’est une importante structure construite à partir de 2,4 millions de blocs de calcaire, la plupart d’un poids d’environ 2,5 tonnes, mais certains pesant jusqu’à 80 tonnes. Ceux-ci proviennent en grande partie de carrières de calcaire locales.

On vous décrivait une théorie selon laquelle les blocs auraient été traînés sur le sable qui offre une friction réduite lorsqu’il est lubrifié avec de l’eau. Mais bien que la Grande Pyramide est près du Nil, de nombreuses pyramides n’en sont pas si près et cela aurait rendu le transport de l’eau aussi compliqué que de déplacer les blocs.

Une autre théorie est que les Égyptiens ont attaché des culbuteurs en pierre en quart-de-cercle sur les surfaces planes des blocs, les transformant en cylindres et leur permettant d’être roulés. Des expériences ont montré que cette méthode permet aux blocs d’être déplacés relativement rapidement avec quelques hommes. Mais cette méthode a aussi un désavantage : ces cylindres exerceraient une pression énorme sur le terrain causant des dommages considérables aux routes empruntées. Les estimations modernes de la vitesse à laquelle la pyramide a été construite suggèrent que les travailleurs disposaient 40 blocs par jour. Dans ce cas, les routes, même bien conçues, auraient nécessité beaucoup d’entretien.

Aujourd’hui, Joseph West de l’université d’Indiana et ses collègues suggèrent une autre méthode pour déplacer des blocs de pierre géants. Leur approche permet de réduire considérablement la pression au sol, mais en même temps permet de déplacer les blocs avec beaucoup moins d’efforts quand les faisant glisser. Ils ont même testé l’idée afin d’évaluer la quantité de travailleurs qu’il aurait fallu utiliser pour déplacer les blocs.

Leur idée est très simple. Ils attachent des baguettes de bois à un bloc, le transformant d’un carré en un dodécagone, qui peut ensuite être déplacé plus facilement en roulant. West et ses collègues ont testé leur idée sur une maquette constituée d’un bloc carré de béton. Ce bloc faisait 20 cm de côté, 40 cm de long et pesait près de 30 kilos. Ils ont attaché un ensemble de trois tiges de bois cylindriques sur chaque face du bloc transformant sa section transversale d’un carré en dodécagone. Enfin, ils ont attaché une corde au-dessus du bloc et ils ont mesuré la force nécessaire pour faire rouler le bloc.

Leurs mesures indiquent que le bloc subit un coefficient de frottement dynamique égale à 0,3, pour un mouvement de roulis stable. Cela nécessiterait à l’équipe d’appliquer une force de seulement 0,15 fois le poids de la pierre pour tirer une corde enroulée autour du bloc. Ils ont calculé qu’une équipe d’environ 50 hommes serait nécessaire pour déplacer un bloc avec une masse de 2,5 tonnes à la vitesse de 0,5 mètre par seconde. (Testé sur du sable en labo ? )

Selon West :

Pour tous les blocs des pyramides à échelle réelle, les "tiges" de bois auraient besoin d’être de 30 cm de diamètre, de taille similaire à celles utilisées en tant que mâts de navires sur le Nil.

Bien sûr, ces chercheurs n’abordent pas la question de savoir s’il existe des preuves que les pyramides ont été construites de cette façon, mais que ce serait certainement une bonne option, notamment en raison de la réduction de l’usure des routes empruntées vers et à partir de la pyramide. Ils précisent que le mécanisme pourrait fonctionner sans une route praticable.

C’est une idée simple, intéressante qui pourrait susciter l’intérêt des égyptologues et les chercheurs de conclure :

Il semblerait que certaines variations de la technique, qui consiste à faire rouler les blocs, devraient désormais être considérées comme parmi les "meilleurs" et très probablement utilisées pour déplacer les pierres pour les grandes pyramides.



http://arxiv.org/abs/1408.3603

Bloc transformé en dodecagone Pyramide

Retourner en haut de la page

Retour vers la page d’accueil

Retour dans le dossier consulté