Accueil ADN Alien Races Alien Catégorie Alerte Arnaque Animaux Artefacts Civilisations Chemtrails Climat Crâne Cryptologie Curieux Déclin Eau Espace Eureka Education Egalité Enigmes Erotisme Etonnant Fake Futur Géants Hécatombe Humour Inventions Lilliputiens Livres Lune Malédictions Massacres Mars Modes Moutons  Mystères Nature Nazca No comment Nuages Nuisances Ovni - UFO Phénomènes Planète Pollution Préhistoire Pyramides Pyramide théorie Radiation Roswell Santé Sécurité Selfies Voitures Cavités Photos


The pages can be read in different linguage, it is to clic first on a link to show it


 Les récifs artificiels en pneus, ce n'était finalement pas une bonne idée  

Des millions de pneus ont été immergés dans les mers et océans à partir des années 1960 avec l'idée d'en faire des récifs artificiels. Un demi-siècle après, le bilan n'est pas réjouissant et la France commence à extraire les siens pour stopper les détériorations du milieu marin.

Selon des publications scientifiques, environ 200 sites à travers le monde ont accueilli ces décharges immergées, notamment en Amérique du Nord, en Asie, en Australie, au Moyen-Orient ou en Europe. Parmi les principaux pays adeptes de cette pratique: les Etats-Unis, la Malaisie, Israël et la France. Dans ce dernier pays, l'Agence des aires marines protégées a entrepris cette semaine de retirer une partie des 25.000 pneus immergés dans les années 1980 en Méditerranée, entre les villes de Cannes et d'Antibes, sur la Côte d'Azur.

Le récif, comme d'autres dans le monde constitués de pneus attachés les uns aux autres, n'a pas résisté à la houle et aux courants. Les pneus se sont éparpillés, détériorant le paysage sous-marin et les écosystèmes voisins. Ces récifs "présentent une colonisation nettement moindre que les récifs en béton (40% de moins)", constate l'Agence. "Si la colonisation n'a jamais eu lieu, c'est parce que les pneus usagés sont recouverts d'hydrocarbures et que leur décomposition progressive libère dans l'environnement des métaux lourds toxiques pour les organismes marins", explique Jacky Bonnemains, porte-parole de l'association écologiste Robin des Bois.

"Les pneus ne font pas partie du milieu marin!", lance, comme une évidence, Gérard Véron, du laboratoire des ressources halieutiques de l'Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer (Ifremer), en mentionnant les "produits toxiques" qui en émanent. L'opération de retrait pilote menée dans le sud de la France porte sur quelque 2.500 pneus. Après évaluation, la totalité de ces pneus pourrait être retirée en 2016, afin de "restaurer le milieu marin", selon l'Agence des aires marines protégées, basée à Brest (ouest).

Les Etats-Unis arrivent en deuxième position (après la France ) avec plus de 1.000 sites aménagés. En Floride, près de deux millions de pneus ont été placés en 1972 dans les eaux au large de Fort Lauderdale, sur proposition du géant américain du pneumatique Goodyear. "Goodyear avait dit ça va être utile aux pêcheurs et à la mer", se souvient Jacky Bonnemains. "C'était pour donner à une action volontaire d'abandon de déchets dans l'environnement un verni d'utilité", estime l'écologiste.

En Floride comme ailleurs, suite aux nombreuses tempêtes et ouragans, les pneus ont fini par se défaire de leurs liens et sont venus s'échouer sur les plages tout en endommageant les récifs coralliens environnants. "La menace est sérieuse", juge sur son site internet le département de protection de l'environnement de l'Etat de Floride, qui a procédé à un retrait partiel de pneumatiques entre 2007 et 2010. Il note dans le même temps "la complexité" et "l'ampleur du défi" pour la protection de l'environnement.



http://www.7sur7.be/7s7/fr/2668/Especes-Menacees/article/detail/2326467/2015/05/18/Les-recifs-artificiels-en-pneus-ce-n-etait-finalement-pas-une-bonne-idee.dhtml

Des pneus pour récifs artificiels.

Retourner en haut de la page

Retour vers la page d’accueil

Retour dans le dossier consulté