Mon Univers

Home Animaux Anomalies Choquant Ciel Curiosité Divers sites Humour Hybrides I.A Savez-vous ?

Le Blob


   Ni mâle, ni femelle, sans cervelle, mais éternel, qu’est-ce que le blob ?.

Un jour aux États-Unis une dame trouve dans son jardin une énorme masse jaune de la texture d'une éponge. Les policiers sont appelés et, paniqués, lui tirent dessus, sans aucun effet, les pompiers le brûlent mais, le lendemain, la chose a doublé de taille. C'est un blob.  Évidemment, cela a donné lieu à un film d'épouvante : "Beware of the  Blob" avec Steve Mac Queen. A-delà de l'anecdote, le blob semble immortel. Coupé en morceaux, il cicatrise en deux minutes. Ses seuls ennemis sont la lumière et la sécheresse. Mais il peut "hiberner", en attendant des jours meilleurs. Le blob – ou physarum polycephalum – n'a pas de neurones, mais est capable d'apprendre et de résoudre des problèmes complexes comme les labyrinthes. Il est même doté d'une personnalité. En effet, les souches se comportent différemment selon leur pays d'origine : l'Américain est plutôt agressif, l'Australien plus pacifique, le Japonais a une tendance à la procrastination... Il est dépourvu de membres mais il bouge, certes lentement. En conditions de laboratoire, il se nourrit de flocons d'avoine et de flans. Bien que dépourvu de cerveau et d'estomac, il parvient à maintenir un apport optimal de nutriments essentiels à sa survie et à sa croissance.

C'est un hasard qui l'a mis sur le chemin d'Audrey Dussutour, spécialiste des fourmis. Depuis la jeune chercheuse s'y consacre. Le blob révèle d'étonnantes capacités et les scientifiques vont de découvertes en découvertes. Chacune d'elle ouvre une fenêtre sur notre propre espèce : mystère de nos origines, solutions pour améliorer notre longévité, pistes pour le traitement du cancer, nouvelle façon d'appréhender l'apprentissage...

Son nom est le « blob » et ça n’est pas le titre original du film de science-fiction avec Steve MacQueen datant de 1958… L’appellation scientifique du blob est "Physarum polycephalum". Depuis quelques semaines maintenant, les articles se multiplient, popularisant cette étrange créature.

Ni animal, ni végétal, ni champignon, d’apparence peu ragoûtante et dépourvu de neurones, pourquoi suscite-t-il tant d’intérêt ? Que peut-il nous apprendre ?

Qu’est-ce que le blob ?

C’est un organisme assez primitif qui a entre 500 millions et un milliard d’années. Il a au départ été classé chez les végétaux puis chez les champignons. Il a fait un détour dans le règne animal et il est aujourd’hui dans la classe des myxomycètes, soit les champignons gluants, mais ce n’est pas un champignon. Audrey Dussutour

Où peut-on en rencontrer ?

On peut en rencontrer un peu partout. Il y a plus de mille espèces de blob, qui ressemblent à des cellules géantes qui peuvent prendre toutes les couleurs.

Le blob ne meurt jamais. Si on le coupe en deux il continue à vivre?

C’est exactement ça. Le blob est un unicellulaire. C’est une cellule géante qui a plein de noyaux à l’intérieur. Elle double de taille tous les jours, on peut la couper en morceaux. Elle détient le record du monde de la cicatrisation la plus rapide.

Est-ce que le blob peut nous donner des idées en matière de régénération de tissu ?

Le blob a une particularité assez incroyable : la cellule du blob peut rajeunir. Il arrive en effet à détoxifier, à annuler tous les effets de vieillesse de la cellule. Ça reste un grand mystère pour l’instant.

Une seule cellule de 10m2 qui fait tout : yeux, oreilles, bouche, estomac, 221 sexes... Ni plante, ni animal, ni champignon, voici le blob ! Derrière ses allures d'ovni, cette espèce immortelle non-identifiée promet des avancées scientifiques majeures.


Retour vers la page d’accueil


Retour vers le dossier