Accueil ADN Alien Races Alien Catégorie Animaux Artefacts Civilisations Chemtrails Climat Crâne Cryptologie Curieux Déclin Eau Espace Eureka Education Egalité Enigmes Erotisme Etonnant Fake Futur Géants Hécatombe Humour Inventions Lilliputiens Livres Lune Maledictions Massacres Mars Modes Moutons  Mysteres Nature Nazca Mémoire Nuages-ciel Nuisances Ovni - UFO Phénomènes Planète Pollution Préhistoire Pyramides Pyramide théorie Radiation Roswell Saviez-vous ? Selfies Voitures Cavités Photos


The pages can be read in different linguage, it is to clic first on a link to show it


   Décharge de téléphones, télé, informatique .

Depuis 2011, Kai Loeffelbein s’attèle à documenter un monde que l’on voit rarement dans les publicités des grandes marques d’électro. Jugeant que la responsabilité du monde occidental par rapport à ses modes de consommation reste encore très largement à développer, voir à faire émerger, il a pris le parti de mettre son art au service d’une prise de conscience collective. Cette prise de conscience, c’est celle qui concerne le devenir des quelques 41,8 millions de tonnes de produits électroniques que nous jetons dans le monde, ce chaque année. La Chine et les États-Unis seraient, à eux-seuls, responsables d’un tiers de la production de ces déchets. Mauvaise nouvelle, le monde semble chercher à suivre le mode de vie américain et sa consommation à outrance. On estime que d’ici à 2017, le volume de déchets électroniques aura augmenté de plus d’un tiers.

Partant de ces constats affligeants pour l’espèce humaine quant à notre capacité de gestion de ces déchets, le photographe s’est attelé à réaliser un travail documentaire au cœur des plus grandes décharges d’électronique au monde. Il s’est donc rendu à Guiyu, dans la province de Guangdong, en Chine, où se trouve selon lui la décharge la plus importante de la planète. Là-bas, des camions entiers de vieux ordinateurs, de portables, ou d’électro-ménager déchargent le tout dans cette province pauvre de la Chine. Les rues, les jardins, les maisons, les moindres espaces libres servent à stocker ces déchets en attendant leur traitement. De petites mains s’occupent ensuite de récupérer, démanteler, brûler, ces objets à la recherche de métaux précieux, de matériaux réutilisables. Telle une morbide ironie, sur nombre d’appareils, on peut lire l’étiquette « made in China ».

Un phénomène que le photographe retrouvera à Accra, la capitale du Ghana, où des câbles divers sont brûlés par des enfants afin d’en récolter le cuivre. La quantité de fumées toxiques qui s’en dégage témoigne des conditions dans lesquelles les populations vivent aux abords de ces lieux que l’occident a choisi pour en faire ses poubelles à ciel ouvert. Enfin, Kai Loeffelbein s’est rendu en Inde, à Delhi dans le quartier de Seelampur, où se situe le plus grand marché de ferraille indien. Là-bas, on y répare d’anciens écrans de télévision, et surtout, on y démantèle chaque jour des milliers de kits main-libre, de portables ou d’ordinateurs.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le photographe semble avoir réussi son coup. À la vue de ses photographies, il est presque impossible de ne pas mesurer l’ampleur des dégâts que notre consommation/production irresponsable d’électronique engendre dans certaines parties de la planète. Qu’il s’agisse des conditions terribles dans lesquelles les populations pauvres travaillent et vivent aux abords de ces décharges à ciel ouvert, ou les conséquences catastrophiques des substances toxiques qui s’en échappent sur l’environnement, les photographies de Kai Loeffelbein révèlent une réalité bien noire.


https://mrmondialisation.org/photographies-edifiantes-des-plus-grandes-decharges/.

Retourner en haut de la page

Retour vers la page d’accueil

Retour dans le dossier consulté