Accueil ADN Alien Races Alien Catégorie Animaux Artefacts Civilisations Chemtrails Climat Crâne Cryptologie Curieux Déclin Eau Education Egalité Enigmes Etonnant Fake Géants Humour Idées Inventions Lilliputiens Livres Lune Massacres Modes Moutons Mystères Nature Nazca No comment Nuages Nuisances Ovni - UFO Phénomènes Planète Mars Pollution Préhistoire Pyramides Pyramide théorie Radiation Santé Sécurité Selfies Voitures Cavités Photos


The pages can be read in different linguage, it is to clic first on a link to show it

Europe et eau


  Jupiter : des lacs géants sous la banquise de la lune Europe  

La seule façon d’interpréter correctement certaines régions surélevées de la banquise d’Europe, la célèbre lune de Jupiter, serait d’y voir la trace de lacs géants à seulement 3 km de profondeur. Voila de quoi relancer le débat sur la présence de la vie sur Europe et l’exploration de son océan.

L’article publié dans Nature par des planétologues de l’université du Texas à Austin aurait sans aucun doute plu à Arthur Clarke et Carl Sagan. Les chercheurs y exposent une nouvelle interprétation des images fournies par la sonde Galileo, lorsqu’elle explorait les lunes de Jupiter.

On sait depuis les missions Voyager, auxquelles a participé André Brahic, que la surface d’Europe, l’une des lunes de Jupiter découvertes par Galilée, présente l’aspect d’une banquise. Peu cratérisée, cette surface est donc très jeune. De multiples structures font penser que de l’eau liquide doit y exister en profondeur et parfois rejoindre la surface à l’occasion de processus tectoniques générant des fractures. L’une de ces structures a été baptisée un chaos par les planétologues.

On en trouve de nombreux exemples sur Europe, comme Conamara et Thera Macula. Ce genre de structure n’est pas propre à Europe car, en exogéologie, on désigne aussi ainsi une région chaotique brisée en blocs aux contours irréguliers, probablement formée par l’effondrement du sol sous son propre poids. On trouve ainsi des chaos sur Mars.


Dans le cas d’Europe, les planétologues étaient perplexes depuis des années. Le problème vient du fait que, s’il ne semble pas douteux qu’il existe un océan d’eau liquide sur Europe, l’épaisseur de la couche de glace la recouvrant n’est pas bien déterminée. Selon certaines estimations, elle serait supérieure à 10 km, quand d’autres l’estiment à moins. Selon les modèles utilisés, les scénarios possibles pour la genèse des chaos d’Europe ne sont pas les mêmes et il devient problématique de faire intervenir des diapirs ou des cellules convectives de glace.

Les leçons de la géophysique terrestre

Les chercheurs de l’université d’Austin ont transposé à Europe les modèles construits sur Terre pour expliquer les observations concernant les glaciers, en particulier lorsque du volcanisme intervient comme c’est le cas en Islande. Selon eux, tout s’éclaire si l’on imagine l’existence de grandes poches d’eau liquide transitoires dans la banquise d’Europe.

Des lentilles d’eau liquide similaires sont connues sur Terre et elles se traduisent d’abord par un bombement de la surface du glacier avant que des fractures ne s’ouvrent en surface et que le dôme ne s’effondre suite à la dépressurisation. De gros fragments de glace se trouvent alors prisonniers dans de l’eau liquide qui gèle à nouveau tout en augmentant de volume. Le résultat final est alors typiquement un renflement d’aspect chaotique.

En ce qui concerne Europe, d’après les chercheurs, les chaos observés résulteraient de la présence de véritables lacs d’eau liquide à quelques kilomètres de profondeur seulement de la surface de la petite lune. Le volume d’eau liquide dans ces lacs pourrait être de l’ordre de grandeur de celui des lacs d’Amérique du Nord.

Une vidéo montrant la formation d’un chaos sur Europe avec des images de synthèse. © Nasa-Goodnews-YouTube

En tout état de cause, si de la vie existe dans les profondeurs de l’océan d’Europe, quelques-uns des organismes présents pourraient bien se retrouver dans ses lacs qui communiquent très probablement par des fractures aussi bien avec l’océan qu’avec la surface d’Europe. Il devient donc encore plus intéressant de dresser une carte très précise de la surface d’Europe, probablement à l’aide de voilier solaire, pour déterminer ensuite le meilleur endroit où un sous-marin pourrait rejoindre facilement un de ces lacs.

La première forme de vie extraterrestre que l’humanité pourrait rencontrer pourrait bien être européenne….




http://etat-du-monde-etat-d-etre.net/de-l-univers/decouvertes/jupiter-des-lacs-geants-sous-la-banquise-de-la-lune-europe

europe-lune-jupiter-artiste eau-europe-lune-jupiter Europe lune de Jupiter Europe lune de jupiter surface d'Europe


  Peut-on surfer sur les vagues de Titan ?  

La Terre est la seule planète dont nous sommes surs qu’il y a de l’eau liquide à sa surface. Un des autres corps célestes, de notre système solaire, qui est estimé contenir des lacs de matière liquide en surface est la lune de Saturne, Titan. Ils ne sont pas remplis avec de l’eau, mais ils sont soupçonnés d’être rempli d’hydrocarbures comme le méthane, l’éthane et d’autres substances. Ce n’est donc pas le genre l’endroit pour organiser un barbecue…(Il n’y aurait pas assez d’oxygène sur Terre pour brûler tout le méthane contenu dans les immenses lacs de Titan.)

Une mosaïque dans le proche infrarouge des images de Cassini présentant des lacs au pôle nord de Titan, avec une bande de terrain en haute résolution. La NASA a publié des images des lacs de Titan à la fin de l’année dernière.

Il fait très froid sur Titan avec des températures estimées aux alentours des –180°C permettant aux hydrocarbures d’exister à l’état liquide. Ils formeraient des lacs, des rivières, des dunes et des mers.

Les scientifiques ont récemment détecté des vagues, des ondulations sur la mer de Titan appelé Punga Mare, l’un des plus grand corps de liquide hydrocarboné de Titan.

A partir des images obtenues par les instruments radars de la sonde Cassini de 2004 à 2013, le pôle nord de Titan est au centre. Le Kraken Mare, la plus grande mer de Titan, est le corps en noir et bleu qui s’étend juste en dessous et à droite du pôle nord (en bas à droite). La Ligeia Mare, deuxième plus grande mer de Titan, est un corps en forme de cœur juste à gauche et au-dessus du pôle nord. Punga Mare est juste en dessous du pôle nord.

Une image saisit par la caméra VIMS (lumière visible et infrarouge) de la sonde Cassini présentant les réflexions spéculaires dans un des nombreux lacs de Titan au cours d’un survol le 24 juillet 2012. (NASA/JPL-Caltech/SSI/Jason W. Barnes et al.)

La Punga Mare devrait contenir 9000 km cubes de méthane liquide. Si cela s’avère exact, c’est 40 fois la quantité de méthane liquide présent sur la planète Terre. La NASA a publié des images des lacs de Titan à la fin de l’année dernière.

Et pour répondre au titre de l’article, les calculs de la hauteur des vagues ont suggéré qu’elles ne font que quelques centimètres de haut. Ce qui, pour le principal auteur de l’étude Jason Barnes de l’Université de l’Idaho :

Ne suffira as à faire une réservation pour Titan dans l’espoir d’y pratiquer le surf.

Mais, pour vous consoler, vous pourrez toujours tentez d’y prendre votre envol à la seule force de vos jambes.




http://www.gurumed.org/2014/03/21/peut-on-surfer-sur-les-vagues-de-titan/